Le titre est facultatif

J’ai envie d’écrire des choses qui ne rimeraient à rien. De prouver à tout le monde que je suis belle même si j’en doute moi-même. J’ai envie de poster milles photos pour prouver au monde que je peux être cute aussi pis j’ai le goût d’écrire milles affaires pour prouver que je suis pas conne non plus.

Pourquoi? Franchement, what the hell is cette reconnaissance que j’attends? Pas tant des autres surtout de moi-même. Franchement, je m’en caliss donc d’être belle ou intelligente à leurs yeux. Alors pourquoi j’ai tant besoin de me prouver à moi-même que je peux être belle pis intelligente? Pourquoi quand je regarde toutes ces pétasses que je déteste j’peux pas m’empêcher d’avoir envie de leur refiler mes défauts?

Ceux qui me sautent dans face, que j’hais, que les autres voient sans trop oser les souligner jusqu’à temps qu’ils en aient besoins pour détruire.

J’les hais donc ces filles trop belles, trop cute, trop insouciantes, trop facile à vivre. Mais, me semble que leurs vies doivent être plate. Enchaîner les amours de quelques mois, sourire, pleurer, danser, travailler, étudier, s’amuser, se faire les ongles. Ouach.

Franchement, descendez de vos talons deux minutes pis regardez le ciel. Posez vous des questions. Pourquoi le ciel est bleu, pourquoi vous l’aimez, êtes-vous vraiment dans la voie qui vous convient dans la vie? Avez-vous chaud, avez-vous froid, avez-vous des vertiges à l’idée de faire un seul mauvais choix? Avez-vous une maman, un papa, des frères, des soeurs? Aimez-vous votre vie telle qu’elle est maintenant?

Parce que, moi, quand je vous vois aller, j’vous trouve tellement belles, naturelles. On dirait que les problèmes vous contournent. Les questionnements existentiels qui donnent des vertiges veulent rien savoir de vous. Vous êtes trop belles, trop innocentes dans le bon sens. Vous avez trop à offrir ou pas assez, pas comme ces filles méchantes, trop gentilles ou juste fuck top. Celles que leurs faiblesses trahissent, celles qui ont les yeux sombres. Vous, tout ce que vous touchez devient beau, pur. Mais votre vie doit quand même être plate.

J’ai beau essayer de me convaincre que rien est tant merveilleux dans le plus beau des mondes, que vous avez aussi votre part de souffrance, mais ça sonne tellement faux. Vous êtes des maudites bonnes actrices, ou vous êtes juste conne, mais ça vous va tellement bien.

J’aurais voulu être une bonne actrice aussi, ou juste une vrai conne.

On m’a déjà dit milles fois que j’avais une fausse image de moi. Peut-être alors que je fais parti de ces demoiselles à qui tout à l’air de réussir?

Mais qu’importe. J’avais juste envie de raconter des histoires qui ne rimaient à rien.

Salut.

Take on meeeee.

Ça y est, la folie de l’été s’est emparé de moi.

Couleurs watermelon/pamplemousse/fleurs & converse blanc, musique de matante & cheveux blond doré par le soleil; tout y est jusqu’à la tendance à marcher en sautillant ou en aillant envie de danser. Je suis officiellement atteinte.

J’en serais presque à dire que je crois au prince sur un cheval blanc. Le beau temps rend heureux.. Que dis-je? Imbécile heureux, oui!

Je me sens comme si j’avais ouvert un blog « Mode & make up ». « Le bon temps est bon pour vous mes chéries, cela rend votre teint plus agréable à l’oeil, moins zombie. Les ombré hair c’est la mode pis les shorts taille haute aussi (Même si tout ça est très laid) ». Ok, mettons que ça dépend des goûts.. Si vous aimez pas ça non plus tant mieux, sinon tant pis. Je serai juste plus belle que vous cet été (Insérer ici le rire d’hilarité générale).

Mais je n’écris pas un blog « mode & make up » moi. DAH. Folie quétaine d’été, come on.

Sur ce, profitez du beau temps, c’est un ordre (Ça fa que, ferme ton maudit ordi pis décaliss).

Bonne journée/soirée/nuit. xox

PS; Cet article est ben pas rapport, laid, quétaine. FOLIE D’ÉTÉ JE VOUS DIS. BON.

Image9